03 Mai

S’entreprendre : mieux avancer et persévérer

Français Aucune réponse

*** Cette chronique a d’abord été publiée pour nos membres dans les Inspirations de l’OIECEC de février 2021.

Par Jean-Sébastien Reid, directeur général adjoint
Idée éducation entrepreneuriale

L’éducation entrepreneuriale consciente permet aux jeunes de tous les âges de valoriser leur pouvoir d’agir et de développer un profil de sortie en entrepreneuriat conscient. Nombre de nos jeunes ont d’ailleurs la chance d’être dans la classe d’un(e) édupreneur(e)1, ce qui a pour avantage de faciliter plusieurs apprentissages entrepreneuriaux et d’ordre plus global. Il faut d’ailleurs souligner que le profil de sortie a de particulier le développement de compétences (3), d’attitudes (3), de qualités (12) et de forces (3) inhérentes à l’idéation, la réalisation et la gestion d’initiatives de nature entrepreneuriale (activités, projets, microentreprises).

Plusieurs de ces caractéristiques entrepreneuriales qui forment le profil de sortie se retrouvent intégrées dans divers référentiels incontournables en éducation (compétences transversales, compétences du 21e siècle, compétences globales et au cœur de la compétence numérique). Des caractéristiques qui deviennent des cibles éducatives qui, lorsque travaillées de façon explicite à l’école, permettent l’émergence d’une meilleure version de nous-mêmes. C’est à travers des expériences authentiques, au moyen d’une démarche d’éducation entrepreneuriale consciente, que chacune et chacun en vient à façonner son propre curriculum vitae lequel génère un impact positif autant sur le plan personnel que professionnel. Comme le dit l’adage, « nous devenons la somme de nos expériences ».

« Nous devenons la somme de nos expériences ».

Nous sommes toutes et tous en mesure d’identifier un adulte qui nous a inspirés vers une voie qui nous était encore inconnue, qui nous a guidés à travers diverses expériences (enseignants, entraîneurs, animateurs, éducateurs, parents, voisins, autres). Chacun de ces adultes inspirants nous ont certainement aidés à mieux nous connaitre et à prendre confiance en nous.

Il est alors facile d’imaginer comment le parcours des jeunes peut être influencé positivement lorsqu’ils sont accompagnés par un nombre d’adultes significatifs pour eux (elles), et particulièrement dans le cadre de multiples expériences authentiques et enrichissantes.

Ce sont là les conditions que nous tentons de créer, à différentes échelles, au sein des écoles et centres que nous accompagnons. Un processus d’ensemble qui mène à un projet éducatif qu’est celui de l’École communautaire entrepreneuriale consciente (ECEC). Nous cherchons à multiplier les chances pour que les jeunes soient en mesure de vivre des expériences stimulantes, ancrées dans leur réalité tout au long de leur cheminement scolaire. Ainsi, lorsqu’une équipe-école parle à l’unisson, lorsque les expériences sont variées et qu’elles se produisent de façon continue et répétées au fil du temps, se multiplient les occasions pour les jeunes d’apprendre à se connaître, à connaître les autres, à connaître leur communauté. Ils et elles apprennent également à développer leur capacité d’attention, d’écoute et même d’empathie les rendant ainsi plus bienveillant et plus engagé envers autrui, de même qu’au regard de divers enjeux présents dans leur communauté et leur environnement naturel.

Bien que le champ de recherche de la pédagogie à valeur entrepreneuriale soit assez récent, notre expérience permet déjà de souligner certaines retombées que nous observons depuis quelques années dans les milieux accompagnés :

  • L’éducation entrepreneuriale consciente favorise l’engagement, le dépassement de soi et une plus grande confiance en soi chez les jeunes2;
  • Les jeunes apprécient davantage leur fréquentation scolaire puisqu’ils sentent qu’ils sont en mesure de développer de nouveaux talents, de contribuer positivement autour d’eux et de découvrir leur pouvoir d’agir envers des enjeux authentiques qui les touchent et à la fois profitable pour leur communauté;
  • Les jeunes deviennent des acteurs de changement de causes qui mobilisent leurs imaginations et leurs talents.

Notre expérience démontre que lorsque le cœur et la tête fonctionnent en complémentarité, tout est possible. Les jeunes choisissent d’être pleinement présents et actifs à l’école grâce aux expériences entrepreneuriales conscientes qu’ils vivent.

Si nous souhaitons que les jeunes vivent pleinement leurs expériences entrepreneuriales conscientes, nous jugeons primordial qu’ils apprennent graduellement à jouer les rôles d’initiateurs, de réalisateurs et de gestionnaires des projets dans lesquels ils sont engagés. Dans le cadre d’une pédagogie plus traditionnelle, les jeunes de nos milieux éducatifs n’ont pas toujours l’occasion de vivre de telles possibilités.

En éducation, traditionnellement, c’est l’enseignant qui propose une démarche, une route à suivre, une recette pédagogique que l’élève3 doit suivre à la lettre afin de produire un résultat unique et attendu. Nous sommes pourtant convaincus qu’en offrant aux jeunes des occasions d’être davantage initiateurs et gestionnaires, en plus d’être réalisateurs de leurs projets d’apprentissage, cela résultera en des apprentissages plus durables et plus transférables dans leurs vies à l’école et dans leur communauté. La démarche réflexive associée à la pédagogie entrepreneuriale consciente permet également d’ancrer ces expériences dans le temps. On peut alors parler d’apprentissages en profondeur4.

Nous sommes beaucoup d’adultes à nous engager par obligation et souvent avec désintérêt dans certaines tâches. Il nous arrive même de prendre conscience que nous sommes parfois « décrochés » de ce que nous avons à faire. Lorsque nous sommes reconnus par nos pairs et nos supérieurs hiérarchiques dans nos organisations respectives, lorsque nous sentons que nous avons le pouvoir de changer les choses, et lorsque les tâches et activités ont du sens à nos yeux… c’est là que plusieurs d’entre nous ressentiront le besoin de s’engager davantage. Nous ne fonctionnons pas aussi bien au travail ni dans la vie uniquement au moyen de notre tête qui travaille. Il faut trouver des moyens pour activer notre cœur et le connecter à notre tête. Pourquoi devrions-nous avoir d’autres attentes envers les jeunes en contexte d’apprentissage dans nos écoles?

Voici dix conseils pour favoriser la persévérance scolaire au moyen de l’éducation entrepreneuriale consciente :

  1. Favorisez le lien avec les jeunes
  2. Reconnaissez-les et faites en sorte qu’ils se sentent utiles et importants
  3. Engagez-les dans des initiatives authentiques
  4. Permettez-leur de jouer les rôles d’initiateurs, de réalisateurs et de gestionnaires d’initiatives qui auront pour effet de les engager
  5. Partagez votre leadership avec celui des jeunes (cela n’aura pas pour effet de diviser le vôtre, mais contribuera plutôt à le multiplier!)
  6. Prenez du temps… on accorde du temps à ce qu’on juge important
  7. Développez la réflexivité des jeunes par des activités de rétroaction guidées
  8. Ouvrez-vous à votre communauté et permettez aux jeunes de la découvrir
  9. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, entraînez-vous et entraînez vos jeunes. Vous vous améliorerez avec l’expérience
  10. Mais surtout… amusez-vous! Osez oser!

1. Éducateur (enseignant, éducateur, conseiller pédagogique, direction, agent jeunesse) qui s’intéresse et s’engage envers la pédagogie entrepreneuriale.

2. Ces données sont tirées du projet Valoris (édition 2010) mené par le Concours québécois en entrepreneuriat

3. Nous attirons votre attention sur le fait que nous appelons l’enfant ou le jeune « élève » dans cette situation. Le fait de ne pas considérer l’humain présent dans la classe dans sa globalité conduit à l’utilisation du terme « élève » qui est en quelque sorte uniquement sa fonction dans l’école. Nous privilégions donc l’utilisation des termes enfants, jeunes, adultes afin de désigner celui qui arrive dans l’école comme un être à part entière qui possède déjà un bagage d’expériences variées.

4. Selon Larue et Hrimech (2009), « l’apprentissage en profondeur correspond à des comportements où les étudiants font un traitement actif de l’information et utilisent des stratégies d’élaboration et d’organisation plutôt que des stratégies de mémorisation. Dans cette approche, les étudiants élaborent et organisent leurs connaissances, cherchent à trouver un sens et s’engagent activement afin de mieux comprendre et appliquer ce qu’ils ont appris.


1 Commentaire

Vous souhaitez participez à la discussion ? N’hésitez pas à contribuer !

Écrire ou répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Distribuer des sourir… 3 mai 2021 Une deuxième cohorte… 31 mai 2021