Environnement et développement durable

Voir plus loin, imaginer grand et faire sa part

Au cœur de cette recherche d’équilibre essentiel, il y a notre rapport constant avec la nature qui nous nourrit, avec la communauté et la société que nous « cohabitons » et avec l’économie liée à de nombreux besoins existentiels – se nourrir, s’abriter, se mouvoir, se soigner, socialiser, éduquer, prendre plaisir à vivre ensemble et encore davantage. En effet, c’est l’idée même d’apprendre à « faire sa part » pour que surgisse et se maintienne un tel équilibre « humain – nature – économie ». La qualité de vie de chacune et chacun d’entre nous en dépend, qu’importe la communauté humaine habitée.

Dans cette perspective, un ensemble d’actions éducatives cohérentes et souvent simples à mettre de l’avant – en classe, à l’école ou dans sa communauté – sont possibles. Chacune d’elles aidant à l’ENVIRONNEMENT et au DÉVELOPPEMENT DURABLE.   La responsabilité de toutes et tous est de participer, de chercher à « voir plus loin », d’oser « imaginer grand » au moyen d’une ou de solutions innovantes pour qu’émerge des communautés, la nôtre d’abord, et une planète plus en santé écologiquement, socialement et économiquement. Et cela pour qu’en résulte plus de justice sociale et une prospérité plus équitable profitables à toutes et tous.

La communauté que nous cohabitons peu apprendre consciemment à s’investir pour l’ENVIRONNEMENT et le DÉVELOPPEMENT DURABLE. Chacune de nos actions comptes, c’est cela qui donne une communauté engagée – la nôtre.  Par exemple, celles de s’engager pour l’équilibre obligé en rapport à ce que nous produisons, transportons, distribuons, échangeons, consommons, jetons et réutilisons.  Éduquer dans cette perspective, c’est-à-dire susciter la réflexion et mettre les jeunes en action autour d’activités de réflexion et d’action, de projets et microentreprises pédagogiques en entrepreneuriat qui conscientisent  à l’équilibre essentiel « humain-nature-économie » (société – écologie – économie) est fondamental.  Modifier les mauvais comportements (habitudes) et en à faire apparaître des nouveaux porteurs d’atouts pour réduire la pollution et le gaspillage des ressources sont indispensables. Des ressources depuis toujours toutes en quantité limitée dans nos environnements de vie et sur la planète. Des stratégies, des moyens et une pédagogie qui engagent envers l’environnement et le développement durable sont mises de l’avant par l’ECE.

Modèle économique nouveau : vivre plus en harmonie avec notre environnement

L’intention éducative de la présente composante ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE a entre autres pour but de mieux faire comprendre qu’un ou des modèles économiques nouveaux sont indispensables à la survie de nombreuses espèces, la nôtre incluse. Une accélération des capacités d’innovation entrepreneuriale consciente soutenant l’émergence de telles économies et une culture sociétale nouvelle, au service de notre environnement de vie et du développement durable, est au cœur de la présente intention éducative.

Pleinement convaincu par le fait que nous vivons dans un monde aux ressources limitées autant dans nos eaux, que sur et dans nos sols, l’être humain est aujourd’hui en urgence d’agir. Nous sommes forcés d’imaginer des modes économiques qui sauront ralentir ou même stopper l’épuisement effréné des ressources dans notre environnement et partout sur Terre, et ainsi contribuer à un véritable développement durable. Un modèle économique nouveau est appelé à se définir ou à se redéfinir. Il concerne l’idée de vivre en communauté à partir d’une conception de l’économie fournissant des produits et services plus écologiques, moins dommageables pour les environnements humains et la qualité de vie, et davantage renouvelables.

Économie conscientisée et responsable

Comprendre davantage ce en quoi consiste une chaîne de valeur est à la base d’une économie nouvelle, plus conscientisée et plus responsable.  Pensons, par exemple, aux contributions diverses liées à la production, au transport, à la transformation, à la distribution, aux échanges, à la consommation, à la récupération, au recyclage et à la réutilisation est essentiel.  Pour toutes les contributions, il importe d’apprendre à considérer, pour les personnes et les organisations de chacun des maillons de cette chaîne, un partage plus équitable des gains et des pertes et incluant un meilleur bien-être. Ce sont de tels principes qui se trouve désormais au cœur de la philosophie qui sous-tend un tel modèle économique conscientisée et responsable (ex. : économie écologique, économie circulaire, économie bleue).  À terme, une telle économie remplacerait, en partie puis de manière croissante,  les  modèles économiques basés exclusivement sur une création toujours plus grande de richesse ou de plus-value au détriment des milieux de vie  par l’accélération de la destruction des ressources… et des environnements de vie humain. Personne n’y gagne !  L’éducation entrepreneuriale consciente investie pour améliorer toutes les conditions favorables au développement durable.  Les modèles divers d’économie déjà existants, en émergence et à inventer sont donc essentiels.