01 Juin

Le monde qui nous entoure

Français Aucune réponse

*** Cette chronique a d’abord été publiée pour nos membres dans les Inspirations de l’OIECEC de mars 2021.

Par Jean-Sébastien Reid, directeur général adjoint
Idée éducation entrepreneuriale

Une des premières leçons de vie

Une des premières choses que nos parents nous apprennent, c’est le partage : « Prête-moi ton jouet », « Donne une bouchée à papa », « Est-ce que tu veux prêter ta poupée à ton amie? ». Afin d’apprendre à donner au suivant, il faut d’abord être en mesure de comprendre que notre prochain a des besoins.

À la naissance, notre connaissance du monde est très limitée. Dans notre tête d’enfant, nous sommes convaincus que notre poupée est la seule de l’univers, que c’est peut-être la dernière fois que nous mangeons ce dessert, etc. D’ailleurs, combien d’élèves ont déjà rencontré leur enseignant dans un lieu public et se sont demandés ce qu’il ou elle faisait là. Comme si les profs vivaient à l’école et dormaient sur un matelas caché dans un coin de la classe. Puis, en grandissant, nous comprenons rapidement que notre monde appartient à un univers beaucoup plus vaste. Que le monde s’étend au-delà de notre maison, de notre garderie ou de notre école. En vieillissant, certains enseignements de nos parents se perdent. Comment l’école peut-elle contribuer à cette (ré)ouverture vers notre communauté?

Ouverture sur le monde

En cette période de pandémie planétaire, les possibilités d’ouverture sur le monde sont considérablement réduites. Il est devenu très difficile de voyager, et même dans le cadre de nos activités professionnelles. Nous sommes pour la plupart isolés à la maison et nos contacts humains sont limités. Par ailleurs, l’abondance d’information et la présence accrue de la désinformation complexifient encore davantage notre analyse et notre compréhension du monde et, notamment, des enjeux sociaux, politiques, économiques ou environnementaux. Il nous faut donc réussir à développer des stratégies qui favorisent une compréhension suffisante des phénomènes qui nous entourent et qui influencent nos vies. Demeurer alerte intellectuellement permet d’aider à maintenir une vigilance éducative auprès des jeunes. Il importe en effet qu’ils réalisent des apprentissages qui aident à développer leur jugement critique et leur bienveillance à l’égard des autres.

En étant mieux (pas nécessairement davantage) informés, en aiguisant notre jugement critique, en allant sur le terrain, nous pouvons être davantage avertis. Ce qui facilite notre capacité à réagir de façon plus ordonnée et civilisée face aux diverses situations à défis auxquelles nous pourrions être confrontés dans la communauté.

De cette manière,  nous comprenons aussi plus rapidement qu’il existe des liens d’interdépendance qui unissent les humains, les communautés et les écosystèmes vivants. Même si nous pensons que les problèmes environnementaux d’un état voisin ne nous concernent pas, nous ne pouvons pas perdre de vue que l’eau et l’air circulent au-delà des frontières, que les humains transportent avec eux des insectes, des animaux et, comme nous l’avons très bien vu au cours de la dernière année, également des virus d’une grande virulence. Nous sommes donc toutes et tous touchés d’une façon ou d’une autre par ce qui se passe ailleurs. En être conscients, voir les défis qui s’y rattachent et choisir comment faire sa part est important pour soi et chacune de nos collectivités. Notre capacité à réfléchir de façon critique et à saisir les liens d’interdépendance entre les humains d’une communauté, d’un pays et du monde, nous rend sensibles aux besoins des autres qu’importe qu’ils soient prêts ou plus éloignés de notre milieu de vie immédiat. Cela peut aussi nous faire découvrir comment agir différemment voire trouver des solutions porteuses qui n’ont pas encore été imaginées.

L’empathie, une sensibilité nécessaire

En effet, afin d’agir positivement dans notre communauté, il faut souvent faire preuve d’écoute et développer notre sens de l’attention. L’empathie est définie selon le Larousse comme la faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent1. Cette qualité, si elle est bien développée, peut permettre d’éveiller chez les jeunes une plus grande capacité à saisir les besoins et les défis présents dans leur communauté. C’est aussi une qualité importante dans le processus de créativité. L’empathie crée en nous une prédisposition à écouter l’autre, à ressentir son besoin et à mieux définir les défis présents afin de créer des solutions qui sont originales et innovantes. Elle permet une écoute attentive et bienveillante des personnes de notre environnement.

Prenons par exemple cet image :

Que voyez-vous? Vous répondrez sans doute :

  • Un homme qui semble être un sans-abri avec son chien
  • Des dames qui marchent sur le trottoir
  • Des soldes dans une boutique
  • Etc.

Et maintenant, vous regardez ce qui se passe sur la même photo…

Votre attention ne sera pas portée sur les mêmes choses. Vous verrez que l’homme semble y être bien installé depuis un bon moment puisqu’il a son banc, un plat d’eau pour son chien ou un plat pour recueillir la monnaie (lequel des deux?). Vous observerez peut-être que les dames ne le regardent pas…

Maintenant, toujours avec la même photo, si vous vous mettiez à la place de l’homme :

  • Est-il malade ou souffrant (en raison de sa canne)?
  • Est-ce qu’il a un endroit pour se nourrir et se loger?
  • Que fait-il lorsqu’il pleut ou qu’il fait froid?
  • Etc.

Vous constatez que notre niveau d’attention et de sensibilité peut être accentué selon la nature de l’intention accordée. C’est à ce moment que l’empathie commence à se manifester. Lorsque nous développons une écoute attentive, nous aiguisons notre sensibilité nous permettant d’observer les situations à partir d’un regard nouveau.

Cette même empathie engagera d’abord le cœur pour qu’il soit davantage en harmonie avec la tête afin que puisse se réaliser des projets d’éducation entrepreneuriale consciente qui sauront mieux répondre aux besoins et défis de nos communautés.

Observons le monde qui nous entoure 

Lorsque nous effectuons une ronde d’observation2 avec les jeunes, nous pouvons les inviter à regarder les situations à partir de différentes perspectives (sociale, environnementale, énergétique, numérique, diversité, etc.). Ces rondes peuvent se faire dans l’école ou dans la communauté. Par exemple, elles peuvent être réalisées lors d’une sortie de classe ou sinon la fin de semaine lors des déplacements en famille.

Nous vous invitons à contribuer au développement et à l’amélioration de vos communautés. Donner est payant. Nous avons souvent remarqué que donner à quelqu’un dans le besoin fait souvent plus de bien que de recevoir soi-même.

  1. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/empathie/28880 
  2. Activité que l’enseignant(e) peut faire avec ses jeunes autour de l’école ou dans le quartier afin d’observer un phénomène, une situation ou un enjeu sur une thématique définie.
  3. Inspiré de Worklab.

0 Commentaire

Vous souhaitez participez à la discussion ? N’hésitez pas à contribuer !

Écrire ou répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Une bibliothèque com… 1 juin 2021